Uncategorized

À quelques jours de l’annonce de la décision de renouveler ou non le TPS, l’administration Trump enquête sur plus de 50 000 Haïtiens afin de savoir s’ils ont commis des actes criminels ou ont joui de bénéfices sociaux sans en avoir le droit. La mesure, « non orthodoxe », « non spécifiée » par la loi, est dénoncée par des activistes qui y voient une chasse aux sorcières.

À quelques jours de l’annonce de la décision de renouveler ou non le TPS, l’administration Trump enquête sur plus de 50 000 Haïtiens afin de savoir s’ils ont commis des actes criminels ou ont joui de bénéfices sociaux sans en avoir le droit. La mesure, « non orthodoxe », « non spécifiée » par la loi, est dénoncée par des activistes qui y voient une chasse aux sorcières.

L’administration Trump, avant d’annoncer l’extension ou non du TPS, a décidé « d’enquêter » sur près de 60 000 Haïtiens bénéficiant de ce programme humanitaire de 18 mois renouvelable expirant le 22 juillet afin de savoir s’ils ont commis des actes criminels ou jouissent de bénéfices sociaux sans en avoir le droit, a révélé l’Associated Press qui a cité des « e-mails internes » du service de l’immigration, le mardi 9 mai 2017. Ces e-mails remontant au mois d’avril ne disent pas si de telles informations contre d’éventuels fautifs auront un impact sur la possibilité ou non de rester aux USA dans le cadre du TPS, un programme destiné aux ressortissants de pays impactés par la guerre ou des désastres naturels. Mais, a poursuivi la dépêche de l’AP, ces e-mails suggèrent que le secrétaire John Kelly, en charge de Homeland Security, prendra la décision concernant l’extension ou non du TPS en considérant « d’autres critères » que l’amélioration des conditions du pays dont les ressortissants bénéficient de ce programme. La requête de données criminelles sur une communauté entière n’est pas orthodoxe. La loi ne spécifie pas qu’elles seraient prises en compte pour le TPS et le gouvernement n’a jamais indiqué qu’il utiliserait le niveau d’actes criminels dans la décision permettant aux citoyens de rester aux États-Unis dans le cadre de ce programme. Introduire de nouveaux critères est susceptible de provoquer la consternation chez des Haïtiens respectables qui peuvent se sentir pénalisés par l’agissement de leurs compatriotes, a indiqué la dépêche de Associated Press qui souligne que cette requête correspond à la ligne politique très dure de l’administration Trump sur l’immigration. Colère et appel à Trump pour tenir sa promesse Des défenseurs de migrants haïtiens disent qu’ils ne peuvent pas croire que l’administration Trump ait lancé « une chasse aux sorcières » à l’encontre d’Haïtiens ayant un casier criminel au moment où elle décide si elle permettra à des milliers d’entre eux de rester aux États-Unis dans le cadre d’un programme humanitaire spécial (TPS), selon ce qu’a rapporté le Miami Herald. « C’est un gros show », a indiqué au Miami Herald Randy McGrorty, avocat et directeur d’un service d’assistance légale de l’Église catholique à Miami, en réaction à l’enquête de Homeland Security au moment de décider de l’extension du TPS pour les Haïtiens. « Je ne peux pas croire que le focus est de renouveler ou non le TPS. Le TPS est une forme d’aide humanitaire », a-t-il poursuivi, soulignant que la décision de l’administration Trump n’a aucun sens. « C’est décourageant d’entendre qu’au lieu de renouveler le TPS pour ces familles de rudes travailleurs qui risquent de perdre leurs emplois, le secrétaire Kelly a décidé de lancer une chasse aux criminels », a confié Marlène Bastien, responsable de Fanm Ayisyen nan Miami. Elle a rappelé que, lors de la campagne électorale, Donald Trump avait promis d’être le champion des Haïtiens. « Il est venu le temps pour lui de le montrer », a indiqué Marlène Bastien. Le renouvellement est dans l’intérêt d’Haïti et des États-Unis Le gouvernement haïtien croit fermement que le renouvellement du TPS, pour une période d’au moins huit mois, est dans l’intérêt d’Haïti et des États-Unis. Comme vous le savez, l’économie haïtienne est grandement supportée par les Haïtiens vivant aux États-Unis. Les ressortissants haïtiens bénéficiant du TPS injectent des centaines de millions de dollars dans notre économie, a écrit l’ambassadeur d’Haïti aux États-Unis, Paul Altidor, dans une lettre adressée à John F. Kelly, secrétaire de Homeland Security, pour fixer un rendez-vous pour le chancelier haïtien Antonio Rodrigue sur l’expiration du TPS et les actions souhaitées par l’administration Moïse-Lafontant. Permettre l’expiration du TPS avant qu’Haïti ne soit en mesure de supporter le retour de ces plus de 50 000 ressortissants provoquera une augmentation immédiate de la pauvreté parce que des milliers de gens ne disposeront plus du soutien économique de membres de leurs familles installées aux États-Unis. Cela pourrait conduire à une crise humanitaire économique sans précédent susceptible d’impacter le reste de la région, incluant les États-Unis, a indiqué la lettre de l’ambassadeur Paul Altidor qui évoque la possibilité d’une hausse soudaine des voyages maritimes clandestins d’Haïtiens désespèrés –supportés jusqu’ici par des membres de leurs familles ayant le TPS- vers les côtes américaines. Ils seraient plus bénéfiques pour les États-Unis en temps et en ressources de renouveler le TPS que de prévenir des voyages maritimes clandestins et risqués vers les États-Unis. Le rapatriement soudain de dizaines de milliers d’Haïtiens peut augmenter l’instabilité. En sollicitant le renouvellement du TPS pour au moins 18 mois, le gouvernement haïtien travaille avec diligence pour s’assurer que le pays est préparé à recevoir adéquatement ses ressortissants. L’administration du président haïtien récemment élu, Son Excellence Jovenel Moïse, est sur le point d’implémenter soigneusement un plan de développement pour Haïti qui améliorera les conditions de vie des Haïtiens et incitera ceux qui vivent à l’étranger à revenir pour prendre part aux efforts pour renforcer la prospérité du pays. Les 18 à 24 prochains mois sont essentiels à la matérialisation des résultats tangibles de ce plan. Toutefois, un non-renouvellement du TPS et un rapatriement soudain heurtera sévèrement Haïti et déraillera nos efforts de reconstruction, selon la lettre de l’ambassadeur d’Haïti aux États-Unis, Paul Altidor. «Des résidents exemplaires» L’ambassadeur Paul Altidor, dans cette lettre au secrétaire John Kelly, a souligné que « tout compte fait, les Haïtiens bénéficiant du TPS ont été des résidents exemplaires aux États-Unis et ne représentent aucune menace en termes de sécurité ». Ceux qui ont l’autorisation de travailler paient leurs taxes et contribuent à l’essor de leurs communautés aux États-Unis, a indiqué cette correspondance dans laquelle l’ambassadeur a évoqué l’impact dévastateur du séisme du 12 janvier 2010, l’épidémie de choléra et l’ouragan Matthew. La dépêche de l’AP sur les e-mails internes de l’immigration intervient après la recommandation du patron de ce service, James McCament, de suspendre le TPS pour les Haïtiens. Après cette recommandation, il y a eu une levée de boucliers et des multiples lettres de congresmen, de sénateurs démocrates, d’activistes appelant le président Donald Trump à renouveler le TPS en faveur des Haïtiens

Harold Marius

May 10th, 2017

No comments

Comments are closed.

Streaming Solutions by Server Room