NEWS/UPDATE

Dossier Jovenel Moïse, le parquet demande un supplément d’enquête

Dossier Jovenel Moïse, le parquet demande un supplément d’enquête

Le chef du parquet, qui rappelle que le réquisitoire du parquet remonte au 7 septembre 2016, demande au juge d’instruction « de procéder à de nouvelles informations et d’explorer toutes autres pistes susceptibles de faire luire la lumière autour des coins d’ombre qui entourent cette affaire dans le plus court délai, notamment la prise de communication formelle et expresse des originaux des chèques émis par Jovenel Moïse et sa femme née, Marie Martine Joseph relatif au compte no 0340000272 détenu à la BNC, la prise de communication formelle et expresse des formulaires d’ouverture de plusieurs comptes aux succursales où ils ont été ouverts (dans 14 banques ou institutions financières) ; de procéder à l’interrogatoire de la dame Jovenel Moïse, née Marie Martine Joseph, des témoins clés tels que Isones Etienne, Winsky Knagg, Réginald Boulos ; de procéder également à l’interrogatoire des sieurs Ernst Bolivar, Moïse Jean-Charles qui se sont portés partie civile ; de confronter l’inculpé avec les témoins et les personnes qui se sont portées partie civile, de commettre expert pouvant éclairer la lanterne de la justice sur les différentes activités et transactions commerciales de Jovenel Moïse et sa femme née Marie Martine Joseph à travers les différentes entreprises par eux dirigées ; d’auditionner toutes les personnes bénéficiaires des chèques du sieur Jovenel Moïse, de sa femme et des différentes entreprises par eux- dirigées ; d’auditionner également les différents associés, actionnaires de Jovenel Moïse ; ce, conformément au vœu de l’article 114 du code d’instruction criminelle. Ce faisant, ce sera bonne et valable », peut-on lire dans un « réquisitoire supplétif d’informer » dont le journal a obtenu copie. Le parquet a estimé nécessaire d’avoir des informations supplémentaires après l’audition de Jovenel Moïse le mercredi 25 janvier, vingt quatre heures après que le juge d’instruction Bredy Fabien eut décerné un « mandat de compuration contre le prévenu Jovenel Moïse en date du 24 janvier 2017 ». Le réquisitoire supplétif, concernant le compte 0340 000 272, a évoqué la contradiction entre le rapport de l’UCREF indiquant que ce compte est en dollar et Jovenel Moïse qui dit qu’il est en gourdes, sans pour autant donner des éléments pour que l’on sache la vérité. Pour le parquet, « le problème de gourde et de dollar ne se pose pas car le blanchiment des avoirs peut se faire dans n’importe quelle monnaie ». Le réquisitoire indique dans un « attendu que » que « les copies des différents chèques émis par Jovenel Moïse et sa femme, née Marie Martine Joseph se référant aux différents comptes ne font pas foi à la justice, vu qu’il est impossible jusque là de déceler leurs bénéficiaires qui se devaient de les endosser- les copies présentant seulement le format recto et non verso-verso espace d’endossement ». Le parquet indique aussi que « dans le dossier l’on ne retrouve pas de formulaires remplis » « pour les dépôts de fortes sommes d’argent retracés dans le rapport ; lesquels nous permettraient de retracer la provenance des fonds ». Le réquisitoire demande la confrontation « entre l’inculpé et des témoins clés tels que Isones Etienne, Winsky Knagg, Réginald Boulos ». Il revient aussi sur « de grandes transactions commerciales où de fortes sommes d’argent circulaient dans les affaires » des époux Moïse. Le parquet indexe aussi, comme l’UCREF, l’acquisition d’une flotte de véhicules au nombre de 45, pour la majorité flambant neuf payés cash ». A côté du compte de la BNC, le réquisitoire supplétif souhaite une enquête approfondie également sur le « compte portant no 504929 détenu à la SoctiaBank où des dépôts de l’ordre de 20 à 25 000 dollars américains sont fréquents ». Le commissaire du gouvernement Jean Danton Léger a annoncé une conférence de presse lundi 10 heures qui n’a pas eu lieu. Une source au parquet confirme que le parquet a acheminé une correspondance au doyen du tribunal de première instance de Port-au-Prince, le magistrat Bernard Saint-Vil le 6 février. Le commissaire Jean Danton Léger n’a pas répondu aux questions via SMS du journal sur la demande de supplément d’enquête. Le porte-parole de l’équipe de transition, Lucien Jura, a indiqué que Jovenel Moïse, à quelques heures de sa prestation de serment pour devenir le 58e président d’Haïti, est serein. Il est blanc comme neige.

Harold Marius

February 7th, 2017

No comments

Comments are closed.

Streaming Solutions by Server Room